Agora N94

Agora N94

2018-10-08T23:45:13+00:008 octobre 2018|Catégories : ACTUALITÉS|

Un pouvoir affaibli doit permettre le réveil social

SOMMAIRE

Page 1 :Edito
Page 2 :La rentrée dans le primaire et le secondaire
Page 3 :Communiqué lycée des Graves – Danger réforme du LP
Page 4 :Désemploi à Pôle Emploi -Réorganisation des services de l’Etat
Page 5 :Mobilisation du 9 octobre
Page 6 :Grève du 12 novembre -Aquarius
Page 7 :#NousToutes, 24 novembre à Paris
Page 8 :La FSU sur le terrain

 

Edito

L’alignement des planètes et la légende d’un « nouveau monde » n’auront ainsi pas passé l’été. C’est un pouvoir affaibli qui a fait sa rentrée sociale et politique. Affaibli par les affaires, par les difficultés extérieures, par la panne de croissance, mais aussi par les doutes qui commencent à miner sa majorité (un ministre de l’intérieur annonçant son retour à Lyon pour bientôt et jusqu’au premier ministre qui ne dément pas un possible retour au Havre). Emmanuel Macron a beau être proclamé « champion de la terre » à la dernière Assemblée Générale de l’ONU, la démission fracassante de son ministre Nicolas Hulot et les reproches de ce dernier sur le poids des lobbies à la tête de l’État avaient par avance décrédibilisé ce titre ronflant.

Pourtant, le  gouvernement maintient son cap et a relancé les attaques sur les classes populaires et moyennes : baisse du pouvoir d’achat des retraités (0,3% de hausse des pensions quand l’inflation est à 1,6% et alors que les pensions étaient censées être indexées sur les prix), annonces de CAP22 contre les fonctionnaires (moins 4100 l’an prochain, moins 10 000 dans deux ans) et contre leurs protections (réduction à presque rien du contrôle des commissions paritaires, baisse des moyens des syndicats pour les instances comme les CHSCT), installation de la réforme des lycées et validation de ParcourSup (quand plus de 30 000 lycéens ont disparu des écrans radars pendant l’été), suppression de 2600 postes d’enseignants dans les collèges et les lycées (alors que les effectifs d’élèves  vont augmenter de 32 000 et que les classes sont déjà pleines à craquer). Et, comme plat de résistance, la réforme des retraites annoncée pour 2019, dont on connaît déjà les grandes lignes, sinon les détails (à quoi sert alors la pseudo consultation lancée sur internet ?) : fin de l’assurance d’avoir une pension représentant un % connu du salaire, le taux de remplacement (et, pour les fonctionnaires, fin du calcul sur les 6 derniers mois) au profit d’un système à comptes notionnels ou par points, qui ne garantit aucunement la valeur du point à l’arrivée. Dans le privé comme dans le public, le taux de remplacement actuel est d’environ 71 à 74% du dernier salaire. L’objectif inavoué de la réforme serait de le faire baisser à 50%.

Comment croire que le budget 2019 qui vient d’être présenté par le gouvernement signe une redistribution vers les ménages ? Sur les 6 milliards annoncés qui devraient leur revenir, on n’a pas déduit le négatif (le quasi gel des pensions par exemple), on y ajoute des mesures déjà prévues pour 2018 et on ne dit bien sûr pas que 18,8 milliards vont aller aux entreprises, soit 3 fois plus ! Sans compter les gains pour les plus fortunés qui résultent de la suppression de l’ISF. Mais cette propagande n’imprime pas, Macron reste bien aux yeux de la population le président des riches, d’une classe dirigeante aux anges depuis plus d’un an. Les sondages viennent confirmer ce diagnostic : le macronisme s’est réduit plus ou moins au socle des votants du premier tour de la présidentielle, à savoir un quart des votants, quand 70% des Français ont un jugement négatif sur son action.

Tout cela devrait changer la donne pour les salariés ! Le contexte politique n’est plus aussi défavorable pour eux qu’il l’était encore au printemps dernier. Même si nous n’avons pas gagné sur la loi travail, sur la réforme ferroviaire ou sur ParcourSup, le moment serait propice à relever la tête et à donner à cette politique antisociale le coup d’arrêt qui fut impossible jusque-là.

Mais il faudra pour cela retrouver le chemin de vastes unités syndicales.  C’est pourquoi la FSU, devant l’ampleur des attaques, lance un plan d’action et veut saisir toutes les occasions de donner ce coup d’arrêt. Elle sera dans la mobilisation, y compris par la grève, le 9 octobre aux côtés de la CGT, de FO, de Solidaires et de l’UNEF. Elle continuera la mobilisation dans l’éducation le 12 novembre, par un appel à la grève dans le cadre d’un arc syndical incluant pour l’instant le SGEN-CFDT et le SE-UNSA, mais qui doit s’élargir. On remonte sur le pont, on ne lâche rien !

Laurence Laborde, François Richard, Alain REILLER

Co-Secrétaires Départementaux

Télécharger le numéro

N94