prochaine rencontre :

25 juin : Construisons ensemble Les jours d’Après

18h30 à 21h30 Parc des Berges, Quai Deschamps

Bordeaux

L’idée est de découvrir et discuter plan d’action « 34, mesures ppour sortir de la crise », de l’amender, de le triturer, tout cela collectivement, à l’aide de la technique de l’arpentage, issue de l’Education Populaire et du mouvement ouvrier. Arpenter un texte, c’est le lire ensemble, à plusieurs, se partager la tâche, et y réfléchir avec tout ce qui fait ce que nous sommes, de notre vécu à nos idées. Arpenter un texte, c’est faire se rencontrer un écrit et un collectif.

200 personnes pour lancer « les jours d’Après33 » malgré la pluie le 13 juin dernier, c’est un vrai succès !

 

JPEG - 175.2 koLors du rassemblement 4 associations sont venues nous voir pour rejoindre le collectif (1 sur l’amiante, deux associations de quartiers , une de Haute Gironde ). Nous en sommes à présents à 38 organisations.Le pique-nique qui devait débattre des 34 mesures de sortir de crise est repoussé au jeudi 25 juin au parc des Berges.
Cet évènement est ouvert à toutes et tous, il est aussi une occasion pour toutes les organisations girondines signataires de se retrouver et de réfléchir ensemble à ce que nous voulons défendre et revendiquer.

 

 

 

 

 

 

 


les 34 mesures pour sortir de la crise

https://fsu.fr/plus-jamais-ca-34-mesures-pour-un-plan-de-sortie-de-crise/ 


SUD OUEST/ Bordeaux métropole : mobilisation du collectif  » le jour d’après » devant Robert-Picqué

Environ 200 personnes étaient mobilisées, à l’appel d’un collectif d’une trentaine d’associations et syndicats girondins. Mobilisation pour hôpital Robert Picqué Conference de presse à l’initiative du collectif « Le Jour d’Après 33 », Ensemble, construisons le Jour d’Après en Gironde ! 27 associations et organisations girondines s’unissent pour lancer le collectif le Jour d’Après 351 route de Toulouse à Villenave d’Ornon

Par Christine Morice
Publié le 13/06/2020
Mis à jour à 15h17

Environ 200 personnes se sont rassemblées ce samedi matin devant l’hôpital Robert-Picqué, à Villenave d’Ornon à l’appel du collectif « Ensemble construisons le jour d’après » réunissant une trentaine de syndicats ou associations girondines

Le lieu du rassemblement, devant l’hôpital militaire  Robert-Picqué qui doit fusionner avec la fondation protestante privée Bagatelle dans le cadre du projet Bahia, était avant tout symbolique. Environ deux cents personnes se sont réunies ce samedi 13 juin au matin, sous une pluie battante, pour marquer la création du collectif girondin  » Ensemble construisons le jour d’après » qui répond à un appel national. Et dénonce  » les profondes carences des politiques néolibérales révélées sur toute la planète par la crise sanitaire ».

Ce collectif regroupe déjà une trentaine d’organisations syndicales ou associatives. On y croise  des militants de la FSU, du SNES, de Solidaires, de la CGT, d’Attac, AC Gironde!  Greenpeace, DAL 33 ou encore du Planning familial.  Tous  souhaitent proposer « une alternative »,  » inverser le cour des choses » suite à la crise du Covid.    » Nous sommes engagés dans un combat d’émancipation sociale, écologique, féministe, environnemental » indiquait l’une des porte-parole du mouvement Brigitte Lopez, la représentante  de Réseau Education sans Frontières (RESF 33), bien connue à Bordeaux.

Défense de l’hôpital public

Des banderoles dénonçant  » le démantèlement de l’hôpital Robert-Piqué » avaient été installées par l’association La Santé un droit pour tous, opposée au projet Bahia, que préside Bernard Coadou. Il fut beaucoup question, lors de ce rassemblement, de la défense de l’hôpital public, du service public en général. Mais la situation des précaires, des sans-papiers et la lutte contre les inégalités étaient également au cœur de la mobilisation. L’objectif  étant  » de répondre  aux enjeux  sanitaires, sociaux, économiques, et écologiques » du monde d’aujourd’hui.

À cause de la météo, le pique-nique qui devait avoir lieu au parc de Mussonville, à Bègles, afin de peaufiner les propositions du mouvement, a été annulé.  Le collectif girondin est joignable via son site Internet


La Clé des Ondes/ NOUS AVONS PLAIDÉ POUR LES JOURS D’APRÈS

Une trentaine d’organisations dont La Santé Un Droit Pour Tous, Réseau Education Sans Frontières, Syndicat FSU, Association Attac et le collectif Action Non-Violente Cop21 ont lancé officiellement ce matin le collectif Les Jours D’Après 33 devant l’hôpital Robert Picqué qui est menacé de démantèlement.


FRANCE 3 régions/ Bordeaux: un collectif qui veut croire aux “Jours d’après…”

Sur les bases de ce plan de sortie de crise proposé le 26 mai dernier (un document de 24 pages) par une vingtaine d’organisations associatives et syndicales nationales, le collectif bordelais « garde l’espoir de changer les choses ».

A l’image de cet hôpital dont ils demandent le maintien alors qu’il est aujourd’hui déjà engagé dans un projet de mutualisation avec la maison de santé Bagatelle (BAHIA : un nouvel Ensemble Hospitalier Civil et Militaire). Une démarche qui, selon le collectif, fait partie, dans un contexte post confinement, de leurs « multiples combats » basés sur des grands thèmes qui sont apparus essentiels à une re considération.

 


France Bleue Gironde/ Les jours d’après 33, un premier rassemblement pour « ouvrir des fenêtres » en Gironde

 


site « Jours d’Après en Gironde »

En mettant le pilotage de nos sociétés dans les mains des forces économiques, le néolibéralisme a réduit à peau de chagrin la capacité de nos États à répondre à des crises comme celle du Covid. La crise du coronavirus qui touche toute la planète révèle les profondes carences des politiques néolibérales. Elle est une étincelle sur un baril de poudre qui était prêt à exploser. Emmanuel Macron, dans ses dernières allocutions, appelle à des « décisions de rupture » et à placer…

lire la suite


Samedi 13 juin à 11 heures

27 organisations et associations

s’unissent pour le lancenent le collectif Jours d’après en Gironde 

Soyons nombreux et nombreuses pour changer demain !

 Nous avons été nombreuses et nombreux le 13 juin devant l’hôpital Robert Picqué,

à l’initiative de : FSU Gironde, ATTAC 33, Solidaires 33, CGT Sanofi, CGT yara, AC! Gironde, CIP Gironde, DAL 33, GreenPeace 33, Santé Un Droit Pour Tous 33, Planning familial 33, RESF 33, UNEF 33, Confédération Paysanne 33, Survie Gironde, AnvCop 21, La Clé Des Ondes, Sauvegarde des services publics de la gironde, RécupR, Tri Potes et Mascagne ,Université Populaire de Bordeaux, Tchernoblaye, Scop utopia saint siméon bordeaux, LDH bordeaux centre, APEIS, VIGI OGM 33, Batuccada féministe.

flyer A5 13 juin

.


EVENEMENT FACEBOOK du 13 juin : https://www.facebook.com/events/1261358397391975/


 

ORGANISATION DE LA JOURNEE 

10 heures RDV  militant  affichages :

affiches type porteur de parole sur les Jours d’Après . Vous pouvez-venir avec vos affiches et banderoles, sinon  il y aura du matériel pour en faire sur place.

11 heures : lecture du communiqué de presse et prises de paroles

« A l’heure du déconfinement, de la reprise du travail, de la réouverture des écoles, et alors que la crise sanitaire est toujours là, 27 organisations girondines ont décidé de s’unir pour décliner localement la tribune lancée il y a un peu plus d’un mois par 19 responsables syndicaux et associatifs nationaux « Plus jamais ça, préparons le jour d’après ». Elles appellent à signer la pétition issue de cet appel qui a recueilli à ce jour plus de 170 000 signatures. Elles souhaitent se fédérer pour préparer le monde d’après et s’appuyer sur les nouvelles solidarités, forces et réseaux qui ont vu le jour pendant le confinement.

Car la tribune part du constat partagé que « La crise du coronavirus qui touche toute la planète révèle les profondes carences des politiques néolibérales ». Et nous le savons, ceux qui sont aux manettes vont poursuivre dans cette voie. Ils comptent profiter de cette crise et de la très grande vulnérabilité dans laquelle elle a plongé des millions d’hommes et de femmes salariés, de chômeurs et de chômeuses, de précaires pour renforcer leur pouvoir. Ils veulent continuer le saccage et la privatisation des services publics, la dérégulation du travail et renouer avec une croissance irréfléchie, source de périls environnementaux irréparables et d’inégalités toujours plus grandes. Ce qu’ils préparent, c’est une crise encore plus grave. Un changement de modèle de société s’impose, et nous ne pouvons faire confiance à nos décideurs pour le construire. Les dernières décisions pour venir au secours des « entreprises stratégiques en difficulté » sans aucune contrepartie écologique ni sociale en sont la preuve. »

12 heures : vélorution jusqu’au parc de Mussonvile  (Bègles)

pour un Pique-nique pour échanger sur

.


Tribune « plus jamais ça, construisons le jour d’après » en Gironde

La tribune part d’un constat: « La crise du coronavirus qui touche toute la planète révèle les profondes carences des politiques néolibérales. Elle est une étincelle sur un baril de poudre qui était prêt à exploser. »

Or les tenants de l’ancien monde néolibéral, liberticide, inégalitaire, et destructeur de la planète, se préparent au jour d’après. Ils comptent profiter de cette crise pour renforcer leurs positions et leur pouvoir, semant ainsi les germes d’une nouvelle crise encore plus grave et destructrice. Le gouvernement ne prend toujours pas au sérieux l’urgence de construire le monde d’après etnous ne pouvons pas faire confiance à nos décideurs pour impulser le profond changement de modèle de société qui s’impose. Pour preuve, parmi d’autres, la majorité a voté le 18 avril dernier 20 milliards d’euros pour venir au secours des « entreprises stratégiques en difficulté » (Air France, Renault…) sans aucune contrepartie écologique ni sociale.

Mais de nouvelles solidarités, de nouvelles forces et de nouveaux réseaux ont vu le jour avant et pendant la crise et sont autant de points d’appui pour une résistance plus forte, des combats de plus grande ampleur afin de bâtir un autre monde et de ne vivre  » plus jamais çà « . Nous savons que nous ne pourrons pas recommencer comme avant ; nous avons tout à réinventer : le monde comme il va, mais aussi notre façon d’agir, de lutter, de vivre.

Cette tribune volontariste s’adresse « à toutes les forces progressistes et humanistes […] pour reconstruire ensemble un futur écologique, féministe et social, en rupture avec les politiques menées jusque-là et le désordre néolibéral. »

Ces forces progressistes et humanistes, auxquelles nous appartenons, ont mené des années de luttes qui ont tracé les grandes lignes de ce futur. Ainsi, nous ne partons pas de rien, nous avons même, collectivement, une grande expérience. Nos combats émancipateurs, féministes, sociaux, écologiques et démocratiques ont porté des exigences qui sont devenus des évidences face à la crise planétaire que nous vivons.

Nous vous proposons de nous unir pour préparer les bouleversements sociaux et politiques que la crise actuelle rend indispensables et pour lesquels il va falloir se battre.

 

Premiers signataires : FSU33, ATTC 33, Confédération paysanne, AC Gironde, CCFD Terres solidaires, Coordination des intermittents et précaires, DAL Droit Au Logement 33, Greenpeace 33, La santé un droit pour tous, Planning familial Grionde, RESF, Solidaires 33, Survie Gironde, UNEF, ANV cop21.

lancement de la tribune girondine sur La Clé des Ondes :

Unissons-nous « pour préparer les bouleversements sociaux et politiques que la crise actuelle rend indispensables »

direct podcast LaCdO


TRIBUNE. « Plus jamais ça ! » : 18 responsables d’organisations syndicales, associatives et environnementales appellent à préparer « le jour d’après »